Le mythe d’un exil romain comme justification d’un « retour »